Les 600 marches d’Hampi

Le fait de revenir en Inde pour la troisième fois m’avait fait penser aux aventures de mon second voyage en 2016. “Chaque jour en Inde est un peu une aventure” cependant certaines peuvent être plus facilement décrites que d’autres…
Je voulais découvrir une ville au centre de l’inde : Hampi, ancienne capitale d’un vieux royaume. Il y avait un festival à Hindou à cette période et les trains étaient tous complets. Nous y sommes donc allés en voiture avec mon grand ami Syad et un autre de ses amis : Arshad. En route pour 23h de voiture “en toute sécurité” sur les “merveilleuses” routes indiennes dont quelques heures perdues à Bangalore… Quelle histoire la circulation indienne !
Pourquoi Hampi ? Parce que plusieurs personnes me l’avaient conseillé en me disant que c’était un des joyaux de l’Inde. Et en effet, c’est un endroit magnifique. C’est la ville originelle d’Hanumân, (un des nombreux dieux Hindou) le dieu à tête de singe et très vénéré.


Un temple lui est consacré à l’endroit où il serait né. Bien sûr il est perché en haut d’une montagne. C’était un de mes objectifs et une de mes envies en venant ici. Sans savoir pourquoi et sans le prier, j’adorais ce Dieu et voulais voir son temple.
Quand on m’a dit qu’il était situé en haut d’une montagne et qu’il serait impossible pour moi d’y aller : j’étais dégouté… On nous a dit qu’il n’y avait pas moins de 600 marches pour y accéder ! Autant dire que c’était impossible pour un voyageur en fauteuil roulant.


Un jour, nous passions par hasard à côté et nous nous y sommes arrêté. Syad m’a proposé de monter quelques marches pour voir et ensuite de rebrousser chemin. Après quelques marches, je lui ai dit que le problème avec moi c’était que quand je commençais quelque chose j’aimais bien le finir et aller au bout. Il ma répondu que c’était la même chose pour lui. Et c’est donc comme ça que nous avons commencé l’ascesnsion. Debout entre les Syad et Arshad, chacun agrippant un bras, nous avons commencé à monter. Les marches sont taillées dans le flanc de la montagne et sont donc irrégulières. Certaines pouvant mesurer jusqu’à 70 cm de hauteur. Un tout petit muret nous séparait du vide. Et nous avons réalisé cette ascension à midi, en plein cagnard !

Après 45 minutes de parcours et divers petits obstacles, nous avons dû passer par une grotte d’environ 1mètre de hauteur. C’était impossible de rebrousser chemin à ce moment là ! J’ai dû monter les marches une à une, sur les fesses. Les pèlerins, qui montaient eux aussi, me regardaient comme un extraterrestre. Après 1h30 de montée nous sommes arrivés  au temple. J’étais épuisé et ai dû m’assoir pour me reposer un peu.

Pas d’édifice  spectaculaire  ou de merveilleux temple comme j’avais vu jusque là mais juste une cour et une ou deux petites bâtisses assez sommaire. La vue sur la ville et ses alentours était merveilleuse. J’essayais de profiter de ce moment mais pensais aussi aux efforts que je devrai fournir pour redescendre.


Nous avons fait un petit tour et sommes repartis. Il nous a fallu 1h pour redescendre.

Maintenant, quand on me pose la difficulté de quelques marches pour accéder quelque part, c’est toujours un problème mais ça ne me paraît plus jamais insurmontable. C’est le genre de dépassement de soi qui donne de la confiance pour affronter de nombreux obstacles… Et encore aujourd’hui, j’y pense souvent !

Auteur : Jo

JoJocelyn - Fondateur du site, il parcourt de nombreux pays et a renseigné de nombreuses destinations. Pour moi : "l'important, c'est le voyage pas la destination "

Leave a Reply

*